Tous les articles par René Piquet

Le ruisseau dans la forêt

René Piquet

Je suis injuste ? Cela m’arrive, malgré la réserve des mots à laquelle je me contrains. Dans tout jugement la réalité, l’objectivité, voire la vérité peuvent être plus ou moins malmenées. Je m’efforce d’éviter qu’il en soit ainsi dans mes propos. Le débat puise là, sa nécessité. Et j’y suis toujours disposé.

Pour la politique par exemple. Qu’en est-il pour vous ? Pour moi, au jour le jour, je ne passe que des heures plates. Rien de ce que proposent ou affirment les acteurs politiques installés aux responsabilités gouvernementales, n’offre un lendemain d’espérance et d’envie.

Continuer la lecture de Le ruisseau dans la forêt

L’aube naissante ouvre sa paupière

René Piquet

Mon regard a failli ignorer la vidéo. Elle a d’ailleurs disparu de Facebook. Allez savoir pourquoi ! D’autres vidéos ont un destin plus heureux. Il est vrai que celle-ci prend place à la hauteur de  la colère, de la générosité et de la dignité qui caractérisent les salariés d’Air France.

Un complice du Net, plus averti que moi, a comblé le manque et j’ai pu apprécier cette vidéo*.

Continuer la lecture de L’aube naissante ouvre sa paupière

Moissonneurs de courte paille

René Piquet

Oui, je sais. Au banquet de la violence le mot n’est jamais dans l’excellence. Mais lorsque l’on est premier Ministre, tout n’est pas autorisé. Plus encore lorsque l’on parle au milieu de ceux qui, comme l’automne, n’annoncent que des choses mortes.

« Voyous » riposte Manuel Valls, parlant des salariés d’Air France qui brutalisent des cadres de l’entreprise. Je n’approuve pas la brutalité. Elle ne se justifie pas. Elle porte un nom : celui de l’échec.

Continuer la lecture de Moissonneurs de courte paille

Clin d’œil invité : Nicole Berthereau

ETAT des LIEUX

Pour qui veut bien voir
les choses sont claires désormais
La Grèce peut légitimement
continuer d’assumer l’inédit

Depuis ce dimanche 20 septembre 2015
sous l’oeil des vigiles de l’ordre européen ( déclarés ou faux-nez )
de la créance et de la finance
déguisées en politiques

Tsipras et Syriza empoignent l’avenir

Puissent les dynamiques progressistes allemandes anglaises espagnoles françaises irlandaises italiennes portugaises et d’autres  pousser dans le même sens

La fleur quitte le jardin

René Piquet

Nul ne sait comment nos demains se déguisent. Et pourtant.

Pourtant, nombreux sont les commentateurs qui proposent, pour résoudre les problèmes politiques d’actualité des plans A, des plans B, d’autres encore. Assurés qu’ils sont, ces commentateurs, de toujours cerner la réalité du moment dans une vérité indiscutable. Pas un seul d’entre eux ne reconnaît que ses mots peuvent être, aussi, des mots déserteurs qui préparent la désillusion.

Continuer la lecture de La fleur quitte le jardin

le robot ne consomme pas

René Piquet

Histoire d’un article. pas une histoire de robots, encore qu’avec Francette ils ne sont jamais  loin.

Francette, ma complice sur ce blog, installe ( voyez l’image et le titre) un projet d’article – en terme technique elle le planifie – pour me permettre, et s’autoriser elle-même, toutes les modifications nécessaires où les renoncements souhaités.   Mais voilà, un doigt innocent ( allez savoir pourquoi c’est le mien ) va le publier sur le blog où il restera quelques heures avant que l’erreur ne soit réparée et qu’il retrouve la place qu’il n’aurait pas dû quitter.

Continuer la lecture de le robot ne consomme pas

Le fléau du moissonneur

René Piquet

Je me trompe. Je me suis souvent trompé et je me trompe encore. Aucune activité humaine n’échappe à ce risque. Les vérités se construisent difficilement au coeur de l’erreur. Plus encore en politique. Car en politique la vérité se dissimule souvent derrière le mensonge.

Mais beaucoup de gens, singulièrement parmi les leaders d’opinions – politiques et médiatiques confondus – ne l’admettent pas.

Leurs certitudes élèvent un mur qui prétend résumer le monde. Ces « fins lettrés de province, ces beaux esprits d’arrondissement » ne dessinent pourtant que des lendemains myopes.

Continuer la lecture de Le fléau du moissonneur

Pourquoi le sable

René Piquet

Suis-je, comme Lévi-Strauss, ( voir le dernier « invité du mardi ») un hologramme brisé ? Pour moi la réponse est évidente. Je n’échappe pas, en tout cas n’échapperai pas à la règle. Pourtant je veux faire comme si elle ne l’était pas, évidente. Une forte prétention, d’accord. Mais ne me blâmez pas, cette prétention tisse mes jours.

Je reste d’ailleurs assiégé par la mémoire – enfin, par une partie de celle-ci. D’autant que mes permanentes lectures lui interdisent, souvent, de s’éloigner dans le silence. Ainsi deux livres récents : Jacques Arnould et André Brahic* me le confirment en actualisant l’éternel débat philosophique : « je crois » ou « je sais » ?

Continuer la lecture de Pourquoi le sable

Disperser le silence

René Piquet

Où en êtes-vous ? Moi, comme toujours à l’écoute du monde, et à me poser des questions. Ainsi : faut-il désespérer de l’Homme ? De l’espèce humaine, bien entendu, pas de l’individu. Encore que, pour l’individu, il faut aussi (parfois) y prendre garde.

L’Homme. Il est curieux, imaginatif, créatif. Il est aussi violent, barbare. Terriblement. Aujourd’hui, au regard de son histoire et des moyens qu’il se donne, il l’est plus que jamais.

Continuer la lecture de Disperser le silence

Pour y faire leur nid

René Piquet

La poésie, ce par quoi de beaux souffles d’humanité nous éveillent. La poésie ne s’éloigne jamais de moi, m’accompagne toujours. Plus que jamais. Alors que mes années ont tendance à plier les genoux, elle traverse le matin qui me reste.

Dans mon engagement politique j’ai eu, parfois, de l’énergie à revendre, et des rêves sans fin. Pas toujours à raison. Mais la poésie me chante encore aujourd’hui la sagesse, débride ma révolte et m’aide à imaginer un pays où l’on peut se perdre pour une odeur de mimosa. Elle détourne, pour une part, la politique de la rudesse aveugle du combat, elle donne sens au regard de générosité que l’on offre et ouvre le chemin du respect qui conduit à autrui.

Continuer la lecture de Pour y faire leur nid