Clin d’œil invité : Patrice Bessac

Cop 21

« Un sommet social alternatif » : l’optimisme d’un peuple en marche*

Tout, 10155174_10200865038748712_1650982424_nabsolument tout dans la situation présente de notre pays et de notre planète, incite à faire triste figure et à redoubler de pessimisme.

La chose est entendue : les dangers sont grands et le changement climatique place notre génération devant un risque fort de civilisation.

Notons un fait majeur. Un fait positif.

Pour la première fois dans la longue histoire humaine, l’enjeu climatique réunit les consciences scientifiques du monde, nos chefs d’État et de ­gouvernement et une partie des consciences ­humaines. En quelques dizaines d’années, l’humanité est en passe d’accepter la nécessité d’une gestion ­planétaire d’un bien commun, le climat.

Évidemment nous savons les limites de l’exercice actuel. Évidemment nous en connaissons les obstacles. Certes. Et cependant ce fait majeur reste : la COP21 symbolise le besoin de la ré-union des peuples du monde, d’un G195 ou, en d’autres termes, d’une Assemblée générale de l’Organisation des Nations Unies forte et gouvernante. Nous avons besoin les uns des autres. Nous sommes liés. Le danger qui s’avance peut, doit, en une décennie, transformer l’utopie en impérieuse nécessité et forger de nouvelles institutions planétaires ­capables de maîtriser et de financer la transformation de nos systèmes productifs et énergétiques. Mon expérience de maire m’incite à l’optimisme. Alors que la ville de Montreuil accueille le sommet citoyen alternatif, je veux vous dire que mon quotidien de maire est la rencontre avec un peuple créatif au plan de l’économie sociale et solidaire, de la citoyenneté, de l’entreprise, de l’initiative écologique et sociale locale. Un peuple « d’agissants », de « makers », un peuple d’actes.

Ces gens existent bel et bien. Porteurs de valeurs, d’idées, d’une énergie véritable. Ils sont quelques centaines de milliers à l’échelle du pays, force potentiellement entraînante, force de vie et de création. Ils existent localement, ils n’existent pas à l’échelle de la gauche et encore moins à l’échelle du pays. Car les institutions médiatiques, politiques et démocratiques sont dans un état d’apesanteur inquiétant. Une fin de cycle. Nous n’y échappons pas, d’ailleurs.

Le monde institutionnel, politique et médiatique, est ancré dans le court terme, dans la gestion de la démocratie d’opinion, un monde de « clash », de « taux de notoriété », un monde qui accélère tant et si bien qu’il est devenu parfaitement immobile. Un monde quasiment mort, qui parle une langue morte à un auditoire absent.

Dans quelques heures, les élections consacreront la victoire, provisoire, d’une force d’abaissement moral de la France. La question se posera à nouveau : comment reconstruire ?

Et peut-être bien qu’une autre question se posera : avec qui agir ? Agir.

* A la veille du « Sommet citoyen pour le climat » qui s’ouvre à Montreuil (Seine-Saint-Denis) dans le cadre de la COP21, le maire communiste de la ville, Patrice Bessac, publie dans l’Humanité des débats du 4 décembre l’article reproduit ci dessus, cf http://l’humanité.fr.

3 réflexions sur “ Clin d’œil invité : Patrice Bessac ”

  1. Navre mais cette reunion de negociateurs ne m’inspire que pessimisme et tristesse : vois l’ONU arguer d’une litterature scientifique qu’elle a creee elle meme pour justifier une conference ou les pays emergents sont pries de lui faire allegeance ne me semble pas une bonne nouvelle pour l’esprit des nations et le progres humain. Le sens critique en berne, les francais ont fait l’objet d’une propagande intensive visant a justifier l’injustifiable. Un journaliste a meme ete suspendu pour avoir mis en cause les methodes onusiennes. Non, vraiment, je ne vois pas vraiment de quoi se rejouir…

  2. Le monde institutionnel, politique et médiatique, est ancré dans le court terme, dans la gestion de la démocratie d’opinion, un monde de « clash », de « taux de notoriété », un monde qui accélère tant et si bien qu’il est devenu parfaitement immobile. Un monde quasiment mort, qui parle une langue morte à un auditoire absent.
    FORT VRAI!
    Dans quelques heures, les élections consacreront la victoire, provisoire, d’une force d’abaissement moral de la France.
    POURQUOI DÉMONISER L’ADVERSAIRE AUQUEL le monde institutionnel, politique et médiatique A FAIT PLACE AVEC SA CECITÉ ÉLITAIRE!
    La question se posera à nouveau : comment reconstruire ?Et peut-être bien qu’une autre question se posera : avec qui agir ? Agir.
    AGIR AVEC TOUS LE CITOYENS, TOUT LES HOMMES, QUITTANT LES ÉTIQUETTES, LES LABELS, L’ÉSPRIT ET LE CERVEAU LIBRE DE TERMES COMME DROITE ET GAUCHE, PROJETÉS AU FUTUR DE NOS FILS!
    MAIS … PLUS FACILE À DIRE QUE À FAIRE!
    * A la veille du « Sommet citoyen pour le climat » qui s’ouvre à Mocntreuil (Seine-Saint-Denis) dans le cadre de la COP21, le maire communiste de la ville, Patrice Bessac, publie dans l’Humanité des débats du 4 décembre l’article reproduit ci dessus, cf http://l’humanité.fr.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>