z-chagall-claudialucia1-99712

Le sourire de demain

René Piquet

Je n’aime pas que l’on maltraite le monde, ni que l’on galvaude la pensée généreuse des hommes.

Pour moi, 2O15, s’endort dans un automne comme jamais dépouillé.  A porter au débit de leaders au pouvoir, sûrs de leur compétence, actifs pour garder aux prochaines échéances, le statut qu’ils occupent. Heureusement, les citoyens ont encore leur mot à dire.

Je n’aime pas, non plus, dans le combat politique, ceux qui s’installent dans la responsabilité, avec la lenteur de l’enfant ébloui.

Pour moi, la responsabilité, son exercice, quels qu’ils soient, ne peuvent être qu’un statut provisoire dans l’engagement de soi. Un moment dans le sens que l’on donne à sa présence permanente dans la collectivité des hommes. Je laisse aux autres, s’ils le souhaitent, les hochets du bienheureux. Je n’appartiens pas à cette communauté là.

En cette fin d’année, ( l’automatisme des doigts m’a d’abord fait écrire damnée, allez savoir pourquoi ? ) je veux seulement transmettre à ceux que la curiosité, et pourquoi pas l’intérêt, conduisent à nous lire, ces filets d’amitié que l’on tisse dans l’échange respectueux et constructif du blog et sur Facebook.

Ensemble nous rejetons, je l’ai déjà dit, la faible clarté et la triste raison des arguments qui prétendent nous empêcher de penser un nouveau monde, une société métamorphosée.

Ceux-là font avancer la nuit à pas clandestins.

Nous, nous voulons ouvrir le sillon dans lequel se cultive le sourire de demain.

Bonne année…

Une réflexion sur “ Le sourire de demain ”

Répondre à J.-Jacques Annuler la réponse.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>