images

Clap de fin

Francette Lazard

Clap de fin ? Ce blog aura-t-il une suite ailleurs, avec un autre mode d’expression, une autre finalité, au singulier ou au pluriel ? Cette question n’a pour l’instant pas de réponse. Elle laisse place au hasard, comme  la trajectoire qui nous avait conduit aux « clins d’œil intempestifs ».

A des moments différents, René Piquet et moi-même avions éprouvé le besoin de publier, avec l’espace d’écriture qu’offre le livre, une mise en forme de nos réflexions, muries dans la longue durée d’un engagement militant personnel. Le titre de ces livres exprimait bien la différence des projets, et celle des registres d’expression : « la révolution inattendue », « le soleil s’attarde comme une récompense ».

Le hasard, quelques années plus tard,  est directement intervenu dans la décision  d’écrire un livre en commun, « les Vérités du matin »*. La Fondation Gabriel Péri souhaitait enregistrer, pour le fonds d’archives du PCF, notre « témoignage oral » d’anciens dirigeants. La lecture des heures d’entretiens recueillis* nous a donné l’envie d’aller plus loin, de discuter du sens d’un engagement responsable inscrit dans les fortes turbulences de l’histoire.

Nous avons alors choisi de réaliser ce projet par un échange de mails qui permettait de conjuguer la fluidité du dialogue et la précision de l’écriture. La publication de ces Vérités du matin, regards croisés sur un engagement » eut une diffusion inattendue, rythmée par une cinquantaine de réunions-débats qui nous ont passionnées.

Nous avons pu vérifier comment  la mise en perspective d’un questionnement pouvait éveiller et conforter un engagement.

Au terme du cycle de vie du livre, nous avons envisagé d’approfondir notre dialogue dans une autre publication, dont nous avions déjà trouvé le titre : « il y a un doute, c’est certain ».

Mais pourquoi garder le même registre d’écriture, pourquoi ne pas se lancer dans une nouvelle aventure ? Pourquoi ne pas  explorer les possibilités offertes par un blog, ce mode d’expression nouveau pour nous, et d’y croiser le texte et  l’image ?

Quelques semaines ont suffit pour mettre au point le projet. L’ « a-propos » du blog résume son ambition, je le cite : « L’Histoire nous joue des tours et le Temps n’avoue pas tout. Rien ne nous  interdit, ici ou là, sur un sujet ou un autre, le clin d’oeil intempestif, la pichenette plus ou moins pertinente, qui sollicitent le savoir, la réflexion d’autrui. Non pour dire le vrai, mais pour les stimuler et mieux appréhender les mille et une facettes d’une réalité complexe et mouvante ».

Nous avons très vite été  mobilisés par une dynamique imprévue. Le compteur du blog s’est mis à tourner de plus en plus vite. Des milliers de lecteurs inconnus, dans plus de 80  pays, sur tous les continents ! En même temps,  nombre de nos amis et de nos lecteurs antérieurs, ignorants  de la « blogosphère », demeuraient à l’écart de nos « clins d’œil » .

En un peu plus d’un an, les 127 articles archivés, les  47 invités accueillis et les 30 documents donnent corps au projet initial. L’ensemble prend pleinement son sens, et suggère bien des pistes : sur l’époque et ses mutations, sur les fractures du monde, sur la place et le rôle des individus, sur la façon d’appréhender la politique dans la perspective historique. Et, je le crois,  de belle façon.

L’ « intempestif » incite  à prendre la mesure des complexités, à distinguer les contrastes et les contradictions, à se libérer des œillères quand les sentiers battus deviennent des impasses. Autrement dit, à élargir les horizons, à développer la sensibilité, à valoriser l’imagination et la créativité.

Mais l’actualité devient de plus en plus lourde de drames et  d’angoisses. L’urgence du présent avive l’impératif de confrontations  sur l’alternative, de confrontations exigeantes et sans détours,  Or le « clin d’œil », aussi pertinent soit-il, exclut la prétention d’intervention directe dans la conjoncture politique.

De mois en mois, nous nous sommes questionnés, en résonance avec les remarques  de certains de nos lecteurs. Il est vrai que toute formule s’épuise à trop se prolonger.

Le « clap de fin » d’aujourd’hui annonce-t-il de nouvelles explorations ?Demain est un autre jour.

Cf Francette Lazard, « la Révolution inattendue », ed. Messidor, 1991; René Piquet, « le Soleil s’attarde comme une récompense », ed. Le temps des cerises, 2007;  FL et RP, « Les Vérités du matin », ed de  l’Atelier, 2011.

Les témoignages rassemblés par la Fondation Gabriel Péri ont été recueillis  par Muriel Bordogna et Dominique Frot.

Une réflexion sur “ Clap de fin ”

Répondre à Nicole Berthereau Annuler la réponse.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>